Telligo, des colos à gogo ou des colos pour gogos ?

L’ambition de ce site n’est pas de critiquer les actions ou les organisateurs de colos, mais parfois il est nécessaire de prendre une position.

Je ne souhaite pas critiquer l’un ou l’autre, mais je suis parent de deux enfants, et bien qu’ils n’aient jamais fait de séjour avec Telligo, nous avons reçu cette année trois catalogues identiques. J’ai fini par les lire !

J’ai compris dans un premier temps quel était le public visé. Il s’agit des parents qui abonnent leurs enfants à des revues. Autrement dit, Telligo achète des listings d’une certaine catégorie d’enfants (et tant pis si les enfants ont plusieurs abonnement, ils auront plusieurs catalogues).

J’ai toujours beaucoup de mal avec ceux qui se comparent aux autres, surtout quand il s’agit de se mettre en avant. Les autres colos c’est agréable mais sans originalité. « C’était probablement les mêmes jeux et activités quel que soit le lieu où vous vous trouviez ».  alors que nous « nous sommes les véritables inventeurs de ces séjours inédits ».

Cela amène naturellement à plusieurs commentaires :

– pour savoir si l’on est inventeur, il faudrait connaître ce qu’il se passait. Pour ma part, par exemple, j’ai connu les centres de vacances du Space Camp de Patrick Baudry (à Cannes), je pense que le séjour « objectif spationaute » (p13) fait plus que s’en inspirer et c’est pareil pour de nombreux séjours où les thèmes ont été utilisés par des animateurs ou par des clubs (comme le séjours « 64 cases » où les enfants jouent aux échecs au moins 2h30 par jour) ;

– quant aux activités en dehors des thèmes : piscine, accrobranche… ce n’est pas très original ;

– Telligo se présente comme innovant, mais le planning présenté p 4, laisse à voir des colos bien traditionnelles, proches d’un modèle scolaire (un réveil à heure fixe, des temps d’activités au quart d’heure près, des temps libres…).

J’ai aussi compris que Telligo est une entreprise au sens traditionnel du terme (un centre de profit). Le coût des séjours montre bien qu’ils sont réservés à un public aisé, d’autant plus qu’il faut ajouter des frais de transport et comme le recrutement se fait dans toute la France … Ils peuvent parfois coûter plus de la moitié du coût du séjour. Pour que mon fils puisse jouer aux échecs 8 jours à la Toussaint 2013, je devrai payer 619 € pour le séjour + 21 € d’assurance + 436 € pour le transport (j’habite à Nice) soit un coût de 1076 €, plus de 120 € par jour. cela fait cher pour jouer aux échecs. Il faut bien payer les nombreux (trop ?) catalogues.

Bien évidemment, je n’ai pas envoyé mes enfants chez Telligo. Je ne sais pas comment se passe le séjour, et je pense sérieusement que les enfants sont bien encadrés et qu’ils s’amusent bien (je ne suis, par contre, pas sûr qu’ils soient en vacances).

Si Telligo a inventé quelque chose, c’est surement un mode de commercialisation (un peu agressif). On verra bien si cela dure.

Eric Carton, Président du Musée de la Colo

25 réflexions au sujet de « Telligo, des colos à gogo ou des colos pour gogos ? »

  1. Islavalo Djavel

    Hé oui, chez Telligo ils font poule renard vipère sur le thème de la mer. Ils remplacent les poules, les renards et les vipères par des dauphins, des requins et des baleines. Ca c’est de l’innovation !

    Répondre
  2. Nathalie Baldaccini

    Vous avez reçu trois catalogues de Telligo ? C’est moindre mal. En août 2009 ma fille est partie en colonie de vacances avec la société cousins d’Amérique société sœur de Telligo. Lors du séjour, le 22 août 2009 deux enfants ont perdu la vie dont
    ma fille Léa. Le 1er septembre monsieur Cédric Javaux président fondateur de Telligo président de cousins d’Amérique a adressé une enquête de satisfaction aux enfants blessés et décédés. Le business avant tout, l’enfant n’est
    Qu’un produit qu’il faut rentabiliser au maximum. J’ai tout le même eu droit
    a un mail d’excuse : nous avons oublié de vous retirer de la liste !!!
    http://www.leaetorane.com

    Répondre
  3. admin

    Bonjour,
    Il est effectivement difficile de penser que l’on a oublié de vous retirer d’une liste d’envoi. On ne peut que vous soutenir dans vos démarches.
    Suite à votre message, je suis allé sur le site de cousins d’Amérique. Je suis toujours surpris de voir comment des responsables de structure, organisateurs de séjours mettent en avant le BAFD dans leur présentation. C’est sans doute qu’ils oublient que le BAFD est un diplôme de Directeur de centre de vacances, et pas un diplôme d’organisateur. Ce ne sont pas les mêmes fonctions, et c’est souvent là que naissent les problèmes qui vont se rencontrer dans les séjours. On peut s’étonner que « la Jeunesse et les sports » oblige un diplôme professionnel pour diriger certains centres de loisirs (sans hébergement) et laisse les organisations de séjours de vacances totalement libres de leurs qualifications (excepté les Bafa et Bafd sur les centres). Il y a juste l’obligation d’une formation en tourisme, pour l’agrément… d’un autre ministère. Il serait peut-être bon que les organisateurs de plusieurs séjours (pas ceux qui ne font qu’un ou deux, ou trois séjours par an) aient au moins une qualification de niveau III ou II dans le champs de l’animation… Histoire d’avoir une vraie réflexion (pendant la formation) sur les séjours qu’ils montent et d’avoir les bases nécessaires pour l’organisation, le montage de projet…
    Eric Carton

    Répondre
  4. THIB

    Bonsoir,

    Après une journée bien remplie de 16 heures de présence et d’accompagnement effectif des 12 stagiaires BAFA en session de formation avec nous actuellement, je prends le temps de poster un petit commentaire…

    Je suis président d’une petite association organisatrice de séjours de vacances pour enfants précoces… et par ailleurs directeur d’un organisme fédérateur d’associations organisatrices de séjours…
    Aucune entreprise, aucun salarié permanent à plein temps parmi nos adhérents…
    Juste des groupes de bénévoles (s’entourant des services de professionnels pour former leurs cadres avec sérieux et passion)… et nous nous chargeons ainsi de former des BAFA et des BAFD depuis plus de 50 ans.
    Traiter ici de l’évolution des stagiaires serait trop fastidieux, mais il est toutefois possible d’affirmer que TOUS nos formateurs sont fondamentalement impliqués dans un projet éducatif qui mêle compétence technique et capacité de référence, dans l’esprit de service indispensable à une participation active à la Vie Associative et Educative locale.

    Nous nous révoltons chaque jour – avec sans doute pas assez d’efficacité – contre les entreprises commerciales qui ont suivi et qui continuent de suivre ce qu’elles croient être un bon filon…. Il est vrai qu’elles « savent y faire » pour attirer le gogo…
    Mais je souhaiterai rassurer … Ces entreprises – quelque soient leurs moyens – ne sauront jamais imiter assez bien ce qui fait la force de nos associations : la passion de l’épanouissement de l’enfant, celle qui ne nait pas dans des activités consuméristes, mais au travers du don de soi-même que des équipes d’animateurs – cohérentes et en cohésion avec un projet éducatif sain et simple – mettent en oeuvre chaque jour : avant , pendant et après le séjour auquel elles participent…
    Nous nous battons chaque jour pour que le tarifs de nos séjours correspondent au plus démunis (c’est à dire à ces centaines de familles soit-disant trop riches pour ne percevoir aucune aide et finalement trop pauvres pour se payer des vacances en familles).
    Ces familles pour qui les vacances enrichissantes de l’enfant restent une priorité…

    Je sais que nos efforts ne sont pas vains…
    Il suffit de suivre l’actualité des « entreprises » de vacances collectives de mineurs qui « montent » sur les modèles usés du tourisme social des « plans de développement » posés sur des « études de marché » et des « diagnostics de territoire social », des « projets innovants » qui perdurent au moins 2 ans (!) avant que la rentabilité résultante soit inversement proportionnelle à l’investissement consenti…
    Que dire de ce mastodonte des vacances sportives (!) qui se lance dans un nouveau filon de la formation avec des budgets de communications pharaoniques sans même s’apercevoir que 3 des plus gros organismes nationaux se sont cassés les dents avant eux dans le même domaine.

    Quand – dans quelques années – les « regroupements macro-économiques » auront tous été digérés dans ce domaine (cousins d’amérique – telligo – cousins.travel …) que restera-t-il à conquérir pour ces loups… rien…
    Quand les imitateurs auront -eux aussi – subit les pertes financières et humaines qui les conduiront à la risée populaire…
    On comptabilisera alors les accidents, les décès et les regrets…

    On abordera enfin le vrai problème, celui d’avoir voulu faire de l’Education Populaire un monde de professionnels, d’étude sociétale, de services sociaux organisés en véritables castes, politisées et syndicalisées à outrance….
    La passion ne se monnaye pas, elle se vit ;
    La responsabilisation ne se professionnalise pas, elle s’acquiert par la volonté d’être un homme participant pleinement (et contribuant ainsi à son développement) à la société ;

    ….Et enfin on reviendra à l’essence même de l’Education Populaire :
    l’engagement gratuit des hommes pour les hommes…

    Bonne nuit

    Répondre
    1. Damien

      Bonsoir,

      Je suis à la recherche d’un stage pour mon BAFA.
      J’ai lu votre commentaire, et je pense que nous avons la même vision sur les qualités des prestations dans vos séjours ainsi que le but réel de votre métier ou plutôt passion : rendre heureux les jeunes !
      Pourrions nous échanger via mail ?

      Répondre
  5. maryline

    Bonjour,
    Je cherche un séjour pour mon adolescent et suite à quelques recherches sur le net, je tombe sur votre billet concernant Telligo…. qui confirment mes suspicions… Cela dit, vous pourriez peut-être m’aiguiller vers un séjour pour un ado de 16 ans très accro aux jeux vidéos
    Merci et bonne journée

    Répondre
  6. Eric Carton Auteur de l’article

    Bonjour,
    Tout d’abord, je précise que le Musée de la colo n’est pas organisateur de colos. Nous sommes juste un lieu d’étude et, en ce sens, un lieu où l’on rassemble et où l’on étudie des documents, tout en les mettant à disposition des autres chercheurs.
    Il est difficile de conseiller un séjour de vacances, quand on n’est pas organisateur de ce séjour. Une bonne colo est une alchimie entre un organisateur qui structure un projet et donne les moyens, une équipe d’animation motivée (et qui s’entend bien) et un groupe d’enfants. Un séjour peut être super une année et moins bon l’année suivante.
    Il me semble important de dire que les loisirs des enfants, c’est un sujet trop important pour le laisser à des marchands.
    Pour trouver une colo, vous pouvez vous renseigner auprès des centres d’information jeunesse (régionaux ou locaux) dont la mission est d’informer sur les activités pour les jeunes. Cela vous permettra d’identifier des organisateurs à proximité de chez vous (vous pourrez alors les rencontrer).
    Vous avez aussi quelques associations nationales qui proposent des séjours de vacances comme l’Ufcv, Temps jeunes… Elles ont aussi des catalogues et des sites internet.
    En espérant vous avoir aidé dans votre recherche.

    Répondre
  7. AnimProDEJEPS

    Bonjour

    Comme vous le constatez sur mon pseudo, je suis un animateur PROFESSIONNEL, mon avis est donc certainement plus objectif que certains :
    J’ai travaillé pour Telligo. Les premières années, c’était génial, je n’avais jamais connu d’organisme aussi bien organisé (réunions de directeurs puis réunion d’animateurs, préparation en amont, moyens humains et matériels) et une fois sur le terrain, un interlocuteur au téléphone dès qu’on en a besoin, tout ce qu’il faut pour un séjour réussi…
    Puis, l’équipe d’organisation des séjours au siège a changé. Tout est devenu moins bien, des gens moins ouverts, un homme qui n’avait qu’une place de second prend possession de tout et décide de tout… Bref, tout part en cacahuète, les moyens matériels sont moins bons, aucun soutien lors d’une inspection ni lors de la visite des services sanitaires suite à des intoxications (je précise que nous étions en pension complète donc nous n’étions pas responsables des repas). Et pour couronner le tout, alors que les jeunes ont fait tout ce qui était prévu et même plus (hé oui, grâce à quelques économies, nous avons pu faire une sortie exceptionnelle, je me débrouille toujours pour en faire une), qu’ils sont repartis ravis de ce séjour sportif, les parents (qui je le rappelle ne sont pas sur le séjour et qui souvent s’attachent à des détails ridicules) auraient remonté des mécontentements (sans plus d’explications)… Ce qui me gêne énormément dans ce genre d’organisme, c’est que malgré tout le travail acharné et professionnel des animateurs (je n’avais pris que des sportifs diplômés), l’organisme ne se base UNIQUEMENT que sur le retour des parents !!! Je pense qu’un séjour est autre chose qu’un simple ressenti, qu’il faut regarder l’ensemble et non les quelques accrocs inévitables à chaque séjour, et surtout arrêter de vouloir s’accrocher à ses « clients » à tout prix !
    Pour conclure, il y a du bon, oui, comme les préparations en amont et les rencontres de directeurs et d’équipes, mais Telligo n’est pas le seul à le faire ! Donc au final cet organisme (qui je le rappelle est une ENTREPRISE et non une association comme beaucoup d’autres organismes) est à éviter si vous le pouvez, car les prix sont excessifs, d’autres organismes proposent aussi bien et pour moins cher !
    Pour info, Telligo a connu un accident dramatique via son organisme « Cousins » aux USA, qui a coûté la vie à deux ados, au nom de la rentabilité. Voir le reportage de « Zone Interdite » consacré aux séjours…

    Répondre
    1. Eric Carton Auteur de l’article

      Bonjour,
      Cet avis ne concerne que vous et mérite quelques compléments. Il ne suffit pas de choisir son pseudo pour devenir compétent. De même, tous les animateurs titulaires d’un D.E.J.E.P.S. ne sont pas des spécialistes des séjours de vacances. Il est difficile de reprocher l’écoute des parents ou le soucis de rentabilité d’un organisme que l’on a soutenu. L’analyse d’un organisme ne peut se limiter à des problèmes de reconnaissance.
      Cordialement
      Eric Carton

      Répondre
  8. traffic71

    Tout projet d’entreprise vise à développer assez de marge pour accumuler du bénéfice et le distribuer équitablement ces dits bénéfices entre actionnaires, investissement et salariés.
    Si des entreprises investissent lourdement le marché des séjours collectifs de mineurs, c’est qu’elles y trouvent une marge brute TRES intéressante :
    – du fait des possibilités d’économies réelle que leur donne la réglementation en matière de charges sociales (contrats CEE) ;
    – du fait de l’absence de contrôle qualité (moins de 100 inspecteurs DDCS pour l’ensemble sud territoire) ;
    – du fait de la crédulité des parents-consommateurs convaincus que l’image vaut contrat ;
    – du fait du j’m’enfoutisme éducatif parental ambiant ;

    Une association d’Education Populaire locale (non employeuse de permanents grassement payés) investit TOUT l’argent demandé aux familles dans le séjour des enfants. Elle produits ainsi des prix plus raisonnable sans chercher jamais que l’équilibre financier….
    Et par dessus tout les projets éducatifs sont REELS et vécus jusque dans leurs concrétisation de terrain par des équipes pédagogiques cohérentes.

    Répondre
  9. traffic71

    T Ligu ô !… ou … :
    « Comment une association à but non lucratif (Altair puis Aventure Scientifique) au budget limité (moins de 10.000 F en 1994) jusqu’en 2000 (400 enfants en séjours)
    devient une S.A.R.L. Uni Personnelle (C.J.Prestations) au capital de 6.235.600 €… !
    … juste en passant par des manipulations légales et cachotières (« Destination Découverte » entre autres) »
    Scandale en perspective !

    PS : précisons que pour mieux noyer le petit cochon que représente le lanceur d’alerte, ces deux sociétés en rouge ont un code APE/NAF correspondant à des activités de gestion de holding, et non plus comme leurs filiales (Telligo, Cousins, Aventure Scientifique, Erlebnis Wissenschaft) des NAF pour des activités d’agence de voyage ou voyagiste…. qui n’ont d’ailleurs rien à voir avec les codes NAF des organisateurs d’ACM SANS BUT LUCRATIF…

    Répondre
  10. Goulin

    Bonjour
    Je confirme que les prestations Telligo sont bien en deçà de leur catalogue très attractif. Très déçu de la qualité des séjours pour mes enfants qui s est dégradée avec le temps. ce sera la dernière année qu’ils partiront avec Telligo

    Répondre
  11. Lili-Faust

    Tiens, je rentre d’un séjour linguistique avec telligo en tant que coordinatrice. Et c’était vraiment cool (L’organisme a super bien suivi ma préparation du séjour, m’a arrangée quant à la préparation du matériel à emporter a répondu à mes questions au cours du séjour lorsque j’en avais, les enfants se sont beaucoup amusés, ils ont découvert un coin de l’Angleterre et malgré les cours le matin-dû au fait que c’était un séjour linguistique- le reste de l’organisation qu’on a mise en place leur a permi de se sentir en vacances).
    Les déclarations d’AnimPro me font à la fois sourire et sursauter.
    Heureusement que Telligo prend en compte les retours des parents: ce sont eux qui paient! Et si les retours des parents étaient négatifs, c’est qu’il s’est forcément passé un truc négatif sur la colo à un moment ou un autre, et si vous ne l’avez pas vu venir, c’est peut être parce que vous avez préféré regarder ailleurs. Il est rare que les enfants racontent délibérément n’importe quoi à leur parents lors des retours de colo [à moins que les enfants que vous ayez eu sur ce séjour détestaient tous les colos et voulaient tout faire pour ne jamais y remettre les pieds!]
    Mais ils prennent aussi en compte l’avis des anims et des directeurs/coordinateurs. Je coordonne des séjours linguistiques avec eux depuis 2013, et j’ai pu voir les choses changer ces deux dernières années suite aux remarques que les différents coordo’ ont pu faire (changement de l’organisation des excursions, changement de la répartition des budgets, etc).
    Ce n’est pas vrai non plus qu’on n’est pas soutenu lorsqu’il y a un souci: en 2013, j’ai eu le droit de partir sur ce qui s’est avéré être le pire séjour linguistique de cette année là. Bien que j’étais censée être coordinatrice du groupe français et donc pouvoir avoir mon mot à dire sur la manière de gérer le groupe d’enfants français, et sur les activités mises en place (que je devais également animer avec l’équipe d’anim français que j’avais recrutée), je n’avais aucun moyen, aucune possibilité de discuter avec l’organisme partenaire de ce séjour linguistique…La personne qui s’occupait alors des séjours linguistique est carrément venue sur mon centre, et a tenté de m’aider à instaurer une discussion et y a passé un temps fou. Cette même année, j’ai du faire rapatrier une ado en France, là encore le siège était présent dans les discussions avec la famille de l’ado, et j’ai encore plein d’exemples de galères de colo dans lesquelles le siège à toujours été là quoi qu’il arrive.
    D’ailleurs, chaque été, le responsable du suivi des centres à l’étranger fait le tour des centres pour en inspecter le déroulement, et éventuellement nous réaiguiller si quelque chose ne se passe pas bien.
    S’il y a un souci sur le centre, théoriquement, en tant que directeur/coordinateur, on doit appeler le siège ou quelqu’un est là pour éventuellement nous aider à gérer la situation (et c’est franchement bien, parfois d’avoir l’aide de quelqu’un extérieur à la situation, qui peut avoir le recul nécessaire pour nous aider à prendre la meilleure décision possible).
    Quant à l’accident de 2009, avec cousins, peut être que ce que je vais dire est atroce, mais, les enfants n’étaient pas attachés, et pour le coup, c’était à l’anim de ne pas démarrer tant que tout le monde n’avait pas sa ceinture. De même, lorsqu’on est anim, on est censé gérer son temps de sommeil, et lorsqu’on est directeur/coordinateur, on est aussi censé pourvoir envoyer un anim se reposer lorsqu’on voit qu’il est au bout du rouleau. Je ne vois pas trop ce que le siège de telligo vient faire dans un accident de la route: eux n’étaient pas dans le minivan, ni sur le terrain. Pardonnez moi, mais avant d’être mortes au nom de la rentabilité, Léa et Orane sont mortes dans un accident de la route visiblement dû à la fatigue de l’anim qui conduisait et du fait qu’elles n’avaient pas leur ceinture de sécurité.
    Pour ce qui est d’être un anim professionnel et donc d’avoir un avis plus objectif que certains là encore, je ris. Il y a beaucoup d’anim non diplômé qui ont un sens pratique et un sens des responsabilités aiguisé, et beaucoup d’anim non professionnels (dont je fais partie) qui roulent leur bosse depuis des années sur différents types de séjours, dans différentes associations et qui donc peuvent parfaitement se faire une opinion tout à fait objective. Le diplôme ne qualifie pas la capacité de jugement et de réflexion!
    En ce qui concerne traffic71 c’est rigolo, j’ai retrouvé les 2 mêmes commentaires que ceux postés mot pour mot.

    Répondre
    1. Anim Bpjeps

      En tant qu’ancien animateur telligo je tient juste à préciser qu’il peut y avoir une énorme différence entre une critiques négatives qu’un enfant peut faire et qui la plupart du temps est sans importance et l’interprétation que le parent en faire exemple: sur une colo deux enfants ont déchiré accidentellement leur polo, les parents ont fustige l’équipe d’animation

      Ps ayant également travaille pour la ligue de l’enseignement, les francas et les scouts (non c’est pas une secte mais bien des associations reconnues et valorisé par jeunesse et sport) il est certain que contrairement à telligo ce sont les véritables héritières de l’éducation populaire
      Pas de plus telligo profite du CEE plus que de raison: salaire de base 29 € par jour en sachant que sur certaines colos les réunions quotidienne se terminaient à 2:00 du mat et que certains se levaient à 7:00 ce qui fait des nuits un peu courtes

      Cordialement

      Répondre
  12. gege

    Bonjour,

    Je lis par hasard ce blog et j’y contribue. J’ai 36 ans. J’ai travaillé il y a 8 ou 9 ans pour Aventure Scientifique, ex-TELLIGO, en tant qu’animateur. C’était dans un lycée agricole en Bourgogne. J’avais trouvé que les moyens matériels (logement, cantine) étaient de meilleure qualité que sur des colos plus « bas de gamme » pour lesquelles j’ai aussi travaillé (avec tente et glacière).

    Par contre, TELLIGO était une sorte d’usine avec un discours commercial (vers les parents) que je trouvais désagréable. Aujourd’hui papa d’une petite fille de 5 ans, je ne crois pas que je l’enverrai un jour en colo à Telligo (trop commercial).

    Je suis convaincu qu’il y a des colonies bonnes et mauvaises partout (j’ai travaillé dans des colos trés nulles en dehors de Telligo). C’est la qualité de l’équipe d’animation qui compte, bien plus que les activités. C’est surement difficile, mais le mieux me semble d’envoyer son gamin dans une colonie où on connait un peu le directeur ou les animateurs (pas trop jeunes si possible). Une colonie qui se passe bien, cela laisse des supers souvenirs à bcp d’enfants.

    Répondre
  13. Beatrice grignola

    Bonjour
    Je découvre ce forum et ces échanges intéressants suite à une recherche sur le net pour trouver une colo de skate pour mon fils âgé de 14 ans. Mais comment faire pour trouver une colo digne de ce nom ? Je ne sais pas où chercher. Merci de votre aide à tous !

    Répondre
    1. Eric Carton Auteur de l’article

      Bonjour,
      Difficile de vous répondre. Je vous invite à vous renseigner sur les colo à proximité de chez vous (en contactant la direction départementale de la cohésion sociale, le centre régional d’information jeunesse, les divers organisateurs de votre département). La proximité vous permettra de rencontrer les organisateurs, de voir le centre… Ceci étant, vu la thème recherché, ce sera difficile.
      Maintenant s’il faut chercher plus loin, il est difficile de se retrouver. Il y a en ce moment plusieurs fusions d’associations et de sociétés qui brouillent un peu le paysage. Valorisez les structures que vous pouvez contacter par téléphone (pour en savoir plus), qui organisent les transports, qui connaissent à l’avance les encadrants, qui peuvent présenter un projet pédagogique, qui ne proposent pas trop de séjours…

      Répondre
      1. Marie

        Béatrice, je ne sais pas si vous avez trouvé, ni ou vous habitez.
        Si cela peut vous aider, les PEP 31 organisent une colonie skate, roller et trottinette pour ados au centre du bois perché à Aspect (31).
        Je connais les responsables de la structure qui sont sérieux et le projet pédagogique est vraiment centré sur le jeune. (et le lieu est splendide!)
        Je vous laisse vous renseigner sur ce séjour si celui-ci vous intéresse.
        Bonnes recherches
        Marie

        Répondre
  14. Abbassia

    Bonjour,
    Merci pour tous ces commentaires qui me sont utiles pour la recherche d’un stage pratique…de qualité. Je suis en pleine reconversion professionnelle dans le milieu de l’animation ( je commence avec le BAFA ces mois-ci). Et je me rends compte que même dans cet environnement, les questions de qualité, sécurité, rentabilité… n’ont pas toujours des réponses très claires, et qu’il faut vraiment être vigilant…et hyper mature !.

    Répondre
  15. lili

    BONJOUR
    j’allais envoyer mes deux enfants a la colo harry potter de telligo cet ete car j’ai des bons caf et cet organisme me paraissait serieux
    je vous avoue que nous n’avons pas envie (sans discrimination aucune) qu’il se retrouvent pour leur premiere colo avec des enfants qui viennent d’horizons trop différents et qui parlent mal
    donc je suis completement perdue en lisant tous les commentaires sur le net c’est un sacré supplement pour nous pour deux enfants et je ne veux pas me tromper
    vous qui etes d’anciens animateurs ou directeurs de colo pouvez vous nous dire quels organismes eviter et lesquels plebisciter
    ca devient urgent
    merci
    lili

    Répondre
    1. Eric Carton Auteur de l’article

      Bonjour,
      Comme nous l’avons déjà écrit, nous vous invitons à choisir des colos dont les organisateurs sont à proximité de chez vous. Vous pourrez rencontrer le directeur, les animateurs… Vous pouvez aussi choisir une colo (comme la Maison de Courcelles) où ce sont les parents qui accompagnent leur enfant. Vous verrez, avec vos enfants, les lieux, les encadrants…
      A défaut d’organisateur près de chez vous, il existe de nombreuses associations nationales comme « Temps jeunes », « Watanga », les PEP, Vacances pour tous… qui proposent de très bons séjours.

      Répondre
    2. Lola

      Bonjour Lilli, j’ai inscrit ma fille pour un séjour Harry Potter en juillet, je pense qu’il ne faut pas trop se laisser influencer par les commentaires, sinon on ne se décide plus ! Je partage l’avis d’une autre personne qui met en avant la qualité des animateurs plutôt que l’organisme en question. J’ai vraiment envie que ca se passe bien, ma fille est super motivée, ce qui va l’aider à passer un bon séjour je pense! Peux tu me dire si tu t’es finalement décidée? À bientôt !

      Répondre
      1. Isabelle

        Bonjour Lola,
        Alors ce séjour Harry Potter en juillet ?
        Je voudrais savoir si finalement l’organisme convient car mon fils rêve de faire leur séjour Jedi.
        Merci !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *